CLYMA: le Corridor Méditerranéen devient une réalité :: News :: Port Barcelona
Tornar a totes les notícies

CLYMA: le Corridor Méditerranéen devient une réalité

L'Union Européenne (UE) a définitivement adopté le 19 novembre dernier le Réseau TransEuropéen des Transports (RTE-T), qui comprend le Corridor Méditerranéen, en tant qu’élément essentiel pour exécuter la politique européenne des transports. Maintenant que ce réseau est déjà une réalité sur la carte, les projets spécifiques pour chaque corridor, chaque tronçon et chaque infrastructure doivent être développés. Le projet CLYMA (Développement de la Connexion Lyon-Madrid dans le Corridor Méditerranéen), a pour but d'analyser la situation actuelle de cet axe et de proposer un modèle de gestion applicable postérieurement à tout le Corridor et aussi à l'ensemble du réseau RTE-T.

 

Le projet CLYMA doit évaluer les infrastructures existantes, en prêtant particulièrement attention aux goulets d’étranglement ferroviaires, aussi bien au niveau du réseau qu’au niveau de sa gestion- la demande potentielle et les besoins d'offre de services, le développement du concept de durabilité tout au long du Corridor et l'intégration entre les différentes modes de transport. De même, il doit aussi suggérer comment les différentes administrations concernées, les opérateurs ferroviaires, publics et privés et leurs systèmes d’information (TIC, systèmes de signalisation et électrification des voies, etc.) doivent se coordonner et s'intégrer.

 

Le Port de Barcelone est à la tête du consortium développant actuellement le projet CLYMA, qui dispose d’un budget de plus de 2,5 millions €, dont la moitié subventionnée par l’Agence européenne du RTE-T. Les autres membres du consortium sont: le Port de Tarragone; Portic, la plate-forme télématique de la Communauté Portuaire de Barcelone;  l'Université Polytechnique de la Catalogne (UPC); le Terminal Maritime de Saragosse (tmZ); l'Association de Logistique Innovatrice d'Aragon (ALÍA); VIIA, filiale de SNCF Geodis dédiée aux autoroutes ferroviaires, et MP2, société mixte qui réunit les plate-formes multimodales et opérateurs logistiques du Roussillon.

 

Le projet, qui a déjà démarré, est développé selon 8 axes de travail:

 

Analyse de l'état actuel et futur de l'axe Madrid-Lyon: études de l'offre et la demande. Élaborer un catalogue des terminaux et services existants tout au long de l'axe.

 

Développement d'un corridor intermodal: identifier les problèmes et les besoins dans l'axe Madrid-Lyon et développer un plan pour les traiter et une analyse financière liée aux solutions proposées.

 

Création d'une structure intermodale de gestion qui appuie la DG MOVE dans la gestion du Corridor Méditerranéen. Cela implique de développer un modèle de gestion de l'axe Lyon-Madrid qui devrait pouvoir s’appliquer à tout le Corridor Méditerranéen.

 

Développement du concept “corridor vert” tout au long de l'axe moyennant des systèmes visant à mesurer la durabilité du transport, en proposant des mesures pour un développement durable de l'axe et en calculant les émissions de CO2 et autres polluants.

 

Développement d'un plan stratégique pour l'intégration des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) entre les différents agents et administrations de l'axe.

 

Projets pilotes et études stratégiques spécifiques dans le corridor: des études sectorielles sur des activités concrètes seront réalisées, –accès aux ports, terminaux intérieurs, trains multi clients, services de ferroutage, etc.– contribuant au développement du Corridor Méditerranéen à long terme.

 

Promotion du corridor parmi les entreprises publiques et privées et auprès du public en général. Des présentations dans les principales villes situées dans l’axe du projet et une action de promotion sur internet, dans la presse, des congrès, etc., seront effectuées.

 

Coordination et suivi du projet. Une direction de projet et un comité technique seront créés afin de veiller à ce que les actions prévues soient exécutées. Il est aussi prévu de convoquer trois Stakeholders Forum qui réuniront les différentes parties prenantes (gouvernements, opérateurs ferroviaires, portuaires et gestionnaires d'infrastructures, clients et utilisateurs, etc.).

 

 

Le projet suppose l'implication du secteur privé dans le développement du Corridor Méditerranéen. La présence des transporteurs et du cluster logistique d'Aragon, des terminaux maritimes et zones logistiques d'Aragon et du Roussillon, ou d'une société spécialisée en ferroutage et services ferroviaires multimodaux garantit que la proposition de gestion sera en accord avec les besoins des opérateurs et clients des services.

 

Entre autres aspects, CLYMA a suscité l'intérêt de la Commission Européenne (CE) parce que le projet va contribuer à définir un modèle de gouvernance de l'ensemble du Corridor Méditerranéen et devra également aider le futur Corridor Manager à définir les besoins et les priorités d'investissement dans le Corridor.

 

Durabilité et efficacité énergétique

 

La CE a été particulièrement sensible à l'aspect environnemental du projet CLYMA, qui consacre un paragraphe important à la mesure de l'impact des différentes modes de transport sur le tronçon Lyon-Madrid. Il établit les différents modes de transport –route, rail, short sea shipping et fluvial- en tant que système intégré et proposera la combinaison modale la plus respectueuse de l'environnement et la plus performante énergétiquement. Pour ce faire, un système de mesure des émissions de CO2 de chaque mode de transport sera créé, et les solutions les plus durables visant à ce que le Corridor Méditerranéen soit perçu comme “corridor vert” seront proposées.

 

Le projet CLYMA est déjà en marche. Le 30 octobre dernier a eu lieu à Saragosse le kick off meeting et le 24 janvier 2014 un Stakeholders meeting est programmé à Perpignan, où sont invités les États membres, conseils régionaux, mairies, gestionnaires d'infrastructures (ports, train, aéroports, voies navigables, routes), transporteurs, opérateurs ferroviaires et logistiques, associations logistiques et, en général, toutes les entités pouvant être intéressées à s’associer au développement du Corridor Méditerranéen.

 

Ce Stakeholders meeting est ouvert à toutes les entreprises et institutions intéressées par le projet. L'inscription s’effectue au moyen du lien suivant.

 

Subventionnée par l’Union Européenne

Réseau TransEuropéen des Transports (RTE-T)

 

http://www.clyma.eu/