Le Port parie sur le gaz naturel en tant que combustible :: News :: Port Barcelona
Tornar a totes les notícies

Le Port parie sur le gaz naturel en tant que combustible

Le gaz naturel liquéfié (GNL) se renforce en tant qu’alternative plus respectueuse de l’environnement, plus économique et plus performante que les combustibles utilisés majoritairement par les navires et camions dans le monde entier. Les nouveautés technologiques mises en œuvre dans le domaine du transport et une culture de la durabilité croissante, renforcée par la décision de l'Union Européenne de réduire les émissions polluantes au cours des prochaines années, sont les facteurs qui ont posé les bases pour favoriser l'usage du GNL dans le transport maritime à moyen terme. Le Port de Barcelone, qui dispose déjà d’une des principales infrastructures de gaz naturel de la Méditerranée, est en train d’œuvrer pour pouvoir prochainement distribuer ce combustible aux navires, camions et engins portuaires.

 

Le Port encourage ce changement dans le but d'offrir à la fois une alternative compétitive et durable à ses clients, et une solution énergétique plus respectueuse de l’environnement.

 

Le GNL est actuellement utilisé comme combustible dans le secteur maritime pour deux raisons: à cause des réglementations de plus en plus importantes pour réduire les émissions polluantes des navires et des autres modes de transport, et aussi parce que c’est une source d'énergie plus économique que les combustibles utilisés jusqu'à présent, souvent objets de cours instables.

 

Un objectif européen

 

L'UE a pour objectif de réduire les émissions du secteur du transport de 60% d’ici 2050. Parmi les actions entreprises, dans le cadre de l'Organisation Maritime Internationale (IMO), et comme le reprend l'annexe VI de la Convention Marpol –qui précise les limitations de l'oxyde de nitrogène (NOx), de l'oxyde de soufre (SOx) et du dioxyde de carbone (CO2)- l'UE a fomenté différentes mesures pour réduire les émissions dérivées du transport maritime. Ainsi, le 1 janvier 2015 les zones ECA (Emission Control Area) entrent en vigueur dans la mer Baltique et la Mer du Nord, qui stipulent que seuls les navires les moins polluants peuvent opérer sur ces côtes de l'UE. De la même façon, les États-Unis ont aussi établi des zones SECA (ECA plus les limitations sur les émissions d'oxyde de soufre) sur leur côte Ouest, Est et dans les Caraïbes.

 

En conséquence, l'UE par l’intermédiaire de la Direction Générale de Mobilité et Transports (DG Move) est en train de fomenter la création d'une infrastructure pour les combustibles alternatifs, le GNL pour les navires, qui inclurait tous les ports du core network du Réseau Trans-Européen de Transport RTE-T (TEN-T), où se trouve le Port de Barcelone. La directive européenne a fixé une date limite pour la mise en œuvre de ces points de ravitaillement: le 20 décembre 2020.

 

Actuellement, 90% des navires dans le monde entier fonctionnent avec des moteurs diesel qui brûlent deux types de carburant : le heavy fuel oil, le plus utilisé et le plus polluant, et le medium diesel oil. L'entrée en vigueur de la directive européenne peut avoir des répercussions dans le monde entier parce que les compagnies maritimes européennes contrôlent actuellement plus de 40% de la flotte mondiale.

 

Avantages environnementaux

 

Le GNL a des clairs avantages environnementaux : il ne contient pas soufre, et ses émissions de CO2 et de NOx sont très résiduels en comparaison avec les autres combustibles. Le GNL occupe un espace 600 fois plus petit que le gaz naturel en état gazeux, mais a pour inconvénient de se conserver à des températures inférieures à -160 ºC, ce qui complique son stockage et sa manipulation pour des raisons de sécurité.

 

Par conséquent, il existe deux types de navires qui sont à présent le plus à même de commencer à utiliser le GNL comme combustible: les bateaux de pêche et les ferrys et navires de short sea shipping (SSS). Ces derniers, dont le trafic est important et croissant à Barcelone, réalisent des routes régulières qui passent toujours par les mêmes ports, un facteur décisif pour favoriser le GNL.

 

Le Port de Barcelone a au sein de ses installations l’un des 18 terminaux maritimes de regazéification d’Europe, ce qui lui donne une valeur et une position stratégiques. Cette infrastructure permet déjà de fournir du GNL aux camions –un secteur également sous pression environnementale de la part de l'UE, puisqu'en janvier 2014 entre en vigueur la norme Euro 6 pour le transport terrestre– et elle est en cours d’aménagement pour approvisionner les bateaux et engins qui opèrent dans les terminaux portuaires.

 

Dans le cas des navires, le Port favorise l’approvisionnement par péniche, le mode le plus flexible et qui ne gêne pas les opérations de chargement et déchargement.

 

Le Port coïncide pleinement avec l’objectif de l'UE de transformer le GNL en alternative réelle et économiquement compétitive aux combustibles dérivés du pétrole, et œuvre dans le but de pouvoir le fournir aux bateaux, camions et engins au cours de l'été 2014. De cette manière, Barcelone prend clairement position sur ​​la carte des ports durables et en tant que premier port de la Méditerranée prêt à offrir ces services.

 

 

http://www.portdebarcelona.cat/fr/web/el-port/el-port-i-el-medi-ambient